Royal 2016 : Se comparer aux meilleurs!

29/09/2016
Par Francis Beaumont

 

L’année 2016 nous a permis d’amasser une mine d’or d’information statistique. Nous étions minimalement 2 personnes à tous les matchs à domicile à utiliser une version avancée de l’outil standard. Une version que seule 2 ou 3 autres équipes de la ligue ont utilisée et permettant, entre autres, l’analyse des distances lancées et attrapées. De plus, nous avons développé un outil qui permettra plusieurs analyses intéressantes dans le futur. Mais pour l’instant, j’ai pensé qu’un comparatif avec les champions 2016 était de mise. Dallas, une équipe qui a été créée pour gagner par la mise sous contrat de plusieurs joueurs vedettes. Dallas, qui a su livrer malgré une tonne de pression. Qu’est-ce qui les différencie du Royal au niveau des chiffres ? Le but n’est pas d’évaluer ce qui est bon ou mauvais mais bien d’identifier les grandes différences statistiques. Après avoir bien analysé différents points, voici mes principales constatations.

 

Stats Globales

Dallas marque plus de points par match. Mais ce qui est encore plus marquant c’est le nombre de «Ds» effectuées par Dallas. Ils font 33% plus de Ds que le Royal.

 

 

sommaire

 

Stats individuelles : temps d’utilisation

À Montréal, le temps de jeu est plus distribué qu’à Dallas. Ces derniers n’ont pas peur de surtaxer leurs joueurs vedettes, ce qui implique évidemment beaucoup plus de temps de jeu dans les mains de quelques joueurs. On peut le voir rapidement si on compare le nombre de points joués. 11 joueurs pour Dallas qui ont joué plus de 250 points, comparativement à 3 seulement à Montréal.

 

250ptsSur la ligne défensive, ce constat est encore plus flagrant. On savait que Dallas avait des stars offensives mais c’est également une réalité en défense. Ils utilisent souvent les mêmes joueurs, ce qui est moins le cas à Montréal. La rotation est plus grande et plus fréquente à Montréal.

 

 

 

 

Leaders Individuels

 

Est-ce que Dallas était supérieur à cause d’un schème d’équipe ou à cause de superstars supérieures? Encore une fois, laissons les statistiques parler :

 

Ds – Félix-Antoine 18 vs Jimmy 32

Dallas a 4 joueurs qui ont fait plus de 15 Ds durant l’année, Montréal en a 1 seulement.

 

Buts – Quinlan 42 vs Thomas 48

Dallas a 2 joueurs au-dessus de 45 buts et 5 au dessus de 25. Montréal n’a qu’un seul joueur ayant marqué plus de 25 buts.

 

Aides (assists)  – Quinlan 43 vs Jimmy 54

Dallas a 6 joueurs au-dessus de 25 on en a 3.

 

Si on compare Montréal à Dallas, il manquerait donc un ou deux joueurs longs très dangereux. Quinlan n’a pas de comparable dans les Roughnecks. Ce ne sont pas du tout les mêmes joueurs qui mènent dans les aides (assists) et les buts.

 

De plus, Dallas a plus de spécialistes et moins de généralistes. Ce qui me laisse croire que nous manquons de spécialistes. Idéalement, une ou deux menaces longues supplémentaires serait le besoin le plus criant. Mais évidemment, il faut pouvoir les alimenter.

 

 

Conclusion

Ceci n’est qu’un échantillon de tout ce qu’on peut tirer comme analyses en regardant de façon objective les différents chiffres amassés durant la saison. Plusieurs autres articles pourront voir le jour et analyser des points différents, soit en nous comparant avec les autres, soit en se comparant nous-mêmes.

 

Pour les amateurs de chiffres, préparez-vous à en avoir plein la vue! D’ici là, n’hésitez pas à m’envoyer vos questions à fb@fbinfo.net.

 

Note de l’auteur :

Suite à la lecture de ce texte, Olivier Turcotte a envoyé à l’auteur un commentaire très pertinent, qui a permis de clarifier certains éléments du texte. Rendez-vous ici pour lire la suite!

 

 

Francis Beaumont

fbinfo-logo

 

 

 

 

 

 

Share Button





Voir les autres nouvelles >>